8 astuces pour bien se relire

8 astuces pour bien se relire

768 369 Nellie Tournaud

Quotidiennement toutes sortes de documents, mails, rapports, études, billets de blog, dossiers de presse, courriers… passent devant plusieurs paires d’yeux avant d’être validés et envoyés à leurs destinataires. Or nous y découvrons – à chaque fois ou presque ! – des erreurs ou coquilles passées inaperçues.

Pourtant, certaines règles simples vous assurent une bonne lisibilité. Nous vous livrons ici quelques astuces pour votre toute dernière relecture !

Astuce n° 1 : Relire à froid

Vous venez de passer une heure à rédiger, à compléter, à peaufiner votre article… alors levez-vous, faites quelques étirements, sortez vérifier quel temps il fait dehors, buvez un café en écoutant de la musique… ou n’importe quoi d’autre ! Vous aurez ainsi les idées plus claires et davantage de concentration pour attaquer votre relecture !

Astuce n° 2 : Relire sur un document imprimé

Imprimez d’abord votre texte ! Vous aurez plus de recul en relisant sur une feuille entière et détecterez des erreurs restées inaperçues sur votre écran d’ordinateur. Celui-ci occulte forcément une partie de votre document, à un moment ou à un autre. De plus, la lumière se reflétant sur votre écran provoque un éblouissement qui peut conduire à une situation de fatigue visuelle accrue et donc à un amoindrissement de vos facultés d’attention.

Astuce n° 3 : Relire d’abord tous les titres, intertitres, légendes d’illustrations

En commençant votre relecture par les titres, sous-titres, intertitres, légendes d’illustrations ou de schémas, vous verrez que ceux-ci comportent souvent des coquilles. Leur relecture est bien souvent omise, car l’œil a tendance à glisser rapidement dessus. Pourtant les fautes de frappe ou omissions sont ici fréquentes et sautent d’autant plus aux yeux que les caractères sont plus gros ou composés en gras.

Astuce n° 4 : Relire chaque paragraphe en commençant par la fin

Si on relit un texte en commençant par le début, sa signification prend le dessus sur tout le reste. L’esprit est ainsi fait que l’on s’attachera davantage à son sens plutôt qu’à sa composition. Mais si vous relisez la dernière phrase d’un paragraphe, puis l’avant-dernière… et ainsi de suite en remontant dans votre document, celui-ci perd tout son sens certes… mais c’est à ce moment-là que les coquilles et erreurs en tout genre vous sauteront aux yeux.

Astuce n° 5 : Se concentrer sur les détails

Phrase après phrase, en remontant donc dans votre texte :

  • vérifiez l’orthographe des mots (en utilisant les ressources en ligne si besoin ou votre bon vieux dictionnaire papier !) ;
  • traquez l’erreur de grammaire (vérifiez que le verbe est bien accordé avec son sujet ; l’adjectif épithète avec le nom auquel il se rapporte ; etc.) ;
  • veillez à la ponctuation : ne séparez jamais le sujet du verbe par une virgule, ni le verbe du complément ; vérifiez que chaque phrase se termine par un point (final, d’exclamation ou d’interrogation) ;
  • traquez les mots en double ou ceux qui manquent !

Astuce n° 6 : Utiliser des moyens mnémotechniques

En entreprise, on doit aller vite et droit au but. Utilisez ces quelques astuces !

A ou à ?

  • On écrit a lorsqu’on peut le remplacer par avait.
  • On écrit à lorsqu’on ne peut pas le remplacer par avait.

(Il a dormi à Paris Il avait dormi à Paris)

C’est ou s’est ?

  • C’est est le pronom démonstratif (ce + verbe être). Pour ne pas se tromper, on peut remplacer C’est par Cela est.
  • S’est est le pronom personnel (s’ + verbe être). Pour ne pas se tromper, on peut remplacer s’est par je me suis

(Pour notre société, c’est un atout → Pour notre société, cela est un atout)

(Notre collaboratrice s’est adressée à vous pour… Je me suis adressé à vous pour…)

On ou ont ?

  • On est un pronom indéfini sujet, qui peut être remplacé par il, quelqu’un ou l’homme ou la femme.
  • Ont est le verbe avoir à la 3e personne du pluriel (présent de l’indicatif) ; pour ne pas se tromper, on peut le remplacer par avaient.

(Dans l’entreprise, on aime échanger avec les professionnels qui ont de l’enthousiasme → Dans l’entreprise, il aimait échanger avec les professionnels qui avaient de l’enthousiasme)

Astuce n° 7 : Soigner la présentation globale

Qu’il s’agisse d’un mail, d’une courte lettre, d’un compte-rendu de réunion, d’un rapport ou d’un article… sous forme Word ou sous PDF, respectez votre destinataire en soignant la présentation :

  • taille de police 12 par défaut pour une bonne lisibilité ;
  • interligne identique partout (interligne simple recommandé pour les courriers/échanges courants) ;
  • titres en gras ;
  • énumérations claires en utilisant la numérotation ou les puces ;
  • espace unique entre les mots (supprimer les espaces en trop, ils gênent la lisibilité !)

Astuce n° 8 : Vérifier vos coordonnées

Enfin, vérifiez que vos coordonnées soient bien orthographiées, afin que l’on puisse vous contacter pour un commentaire et/ou une suite à donner.

Ce dernier conseil peut vous paraître futile, mais vous n’imaginez pas le nombre d’erreurs ou fautes de frappe que l’on rencontre dans le libellé des adresses mail ou encore des adresses postales !

 

Pour en savoir plus sur la correction de textes pour les professionnels, n’hésitez pas à nous contacter !